Retour sur les 24H00 de Barcelone

Mercredi 3 et jeudi 4 juillet 2019

Arrivée mercredi midi, le stand et l’hospitality sont déjà installés.

Je fais connaissance avec la partie de l’équipe qui est nouvelle et je retrouves les copains de l’année dernière. Ca fait plaisir de retrouver toute celle belle équipe.

Le jeudi matin est consacré aux essais libres, les pilotes sont très satisfaits de la moto et cette dernière est rapidement validée. Il est décidé de ne pas rouler l’après-midi. Le roulage n’apportant rien vu que les motos sont bien réglées, les pilotes à l’aise et en plus ça évite le risque de chute.

Pour les mécanos, on se familiarise avec la moto. Je serais dévoué au changement de la roue arrière avec Yannick. Un binôme qui nous va bien pour avoir déjà fait le bol d’or ensemble.

Le vendredi est une grosse journée avec les vérifications techniques, les qualifications ainsi que les essais de nuit. Pour les mécanos il n’est pas l’heure de se coucher car il faut continuer à s’entrainer au ravitaillement!!

Samedi matin lors du warm up nous faisons juste le minimum pour roder la moto.

Gérard m’annonce que je serais le mécano qui tiendra notre belle GSXR lors du départ ce qui est un véritable honneur et une vraie fierté.

Contrairement à beaucoup de courses d’endurance le départ est donné à 12h00.

Nous partons 32ème sur la grille de départ. Après une bon départ de Christian, les relais s’enchaînent, nous réussissons même à entrer dans le top 10.

Ensuite nous naviguons dans le top 20.

Malheureusement en début de soirée Gérard se fait accrocher…Résultat c’est 34 minutes pour ramener la moto au stand (pas de remorquage à Barcelone) et 27 minutes pour réparer ce qui représente 30 tours de perdu environ.

Nous repartons loin et les pilotes entament une belle remontée, doublant parfois les relais.

Arrivé au petit matin, les soucis reprennent : nous avons une crevaison lente. Nous changeons donc de roue mais le nouveau pneu installé  à un défaut.

Il nous faut donc rechanger la roue, c’est du temps de perdu.

Nous sommes à 1h00 de l’arrivée, l’heure est critique. Heureusement l’équipe est soudée.
Gérard a fini son relais en guerrier avec un doigt de cassé et un corps froissé du à l’accrochage.
Une équipe au top à tous les postes.

A cet instant il ne reste plus qu’à passer le damier pour que cette belle équipe soit récompensée.

C’est chose faite; Nous finissons finalement 24ème et 5ème de notre catégorie EWC.

Cette édition est fabuleuse, notamment grâce à cette équipe qui est une des plus belles, une des plus soudées que j’ai pu avoir. Un véritable bonheur!!

Avant de laisser un commentaire, merci de lire la politique de confidentialité